lundi 9 mars 2020

La forêt de Valdegour


                                          La nature
                         Est silence pas loin des murs
             Pas loin des hommes, elle s'exprime un peu
              A travers haies.    Elle est beauté par endroit
                                          Et esclave par d'autre.
                       Corps particule et esprit apôtre. 
                                          Un homme
                                          Admirant la
                                          Lune rêvait
                                          Sur son pied.
                                         Au pied d'un
                                         Pommier 
                                          Dit-on !
                             De la naquit cette citation :



                                    Quand
                    L'élan m'éloigne de toi mater
         La terre, ta force vive de par ta constante G,
            De par sa fonction M lie pour le meilleur
                        Ou              Mon corps te fuyant
               Pour le pire       A ton dos aimant. 
                                   Cet homme
                                   A vu juste,
                                   A vu vrai
                                   Pour dire,              
                                    Tiens,….
            Te voilà pomme, te voilà qui tombe. 



                                            Tu…
                         Tu fais moins la maligne
                Quand la branche t'élimine.
                 Avec ta belle peau tendre
           Et ta chair bien juteuse, tu tombes bien. 
       J'ai le regard d'un enfant,
                Je veux                 Comprendre
                   Ce que je ne comprends 
                            Que peu de fois.
                               Entre deux
                               Immenses
                               Haies
                              Dressées 
                              Devant moi,
                              Mes pas
     Supportant mon poids,   je vois une petite fille



                                De prime abord
        Ces haies semblent avoir un regard haineux.
                  Et ont comme caractéristique,
                      Un comportement cannibale.
             Elles aiment la peau humaine.
                                       Elles l'aiment bien tendre
    De toute forme, de toute taille, de toute couleur.
     Gourmande, elle l'avale crue,
        Non pour la  digérer mais pour lui offrir asile. 
                                Donc je disais
                                Voir une petite
                                Fille. Elle n'avait
                                Rien pour attirer
                                M’attendrir
                                A part quelques
                                Babioles qu'elle
                                Et ses copines
                                Trimbaler pour  
                               Gagner quelques
                                Pièces frivoles.
                       Dans une optique d'aide aux parents.



                                   J’ai  trouvé
            Leur geste à la fois mignon et bien triste. 
       Une toute petite encore,
                              Tenait en son sein une poupée.
       Si leur marché fonctionnait, 
                                               Elle l'aurait donné,
      Même si dans son regard
            On y lisait un certain attachement. 
                              Arrivé au pied
                              D'un arbre,
                              Au lieu que
                              Je m'adosse
                              Pour que la
                              Pomme comme
                              Newton me
                              Tombe, Je fus
                              Pris d'embarras
                              Quand cette voix
                            Sur mon tympan m'interpella : 



Monsieur
 Voudrais-tu quelque chose ?
Dit-elle, douce et mélodieuse.
J'ai cru sans peine entendre un enfant
Qui dit à son père : "Papa vois-tu,
Je sais que tu peines à me faire plaisir,
Laisse-moi t'en faire, en t'aidant."
                                                               Un bouffé d'émoi, suffit
                                                             A mettre dans tous ses états,
  Un petit poète naissant.
                                                                       Au lieu de 
                                                                       Lui répondre
                                                                       Par quelques
                                                                       Mots doux un
         Balbutiement alerte Me fit déguerpir en hâte.



"Non merci",
Ai-je répondu ! Au fond même si
Le prix de sa demande était ridicule,
J'aurais aimé lui dire que sa valeur pour celui
Qui comprend son geste est inestimable
Mais ce n'est qu'une fois parti que j'ai Compris.
                                                                          Disais-je
      D’elle n'avoir
Rien pour
   Attirer mon
                                                                          Regard ?
C'est vrai
Mais elle
   Ressemblait
 A une personne
Qui fit plus qu’attirer mon attention.




Les haies
 Cannibales, géantes et en pierre,
En sont témoin. Je l'ai vu une deuxième fois
Ce jour-là quelqu'un m’est apparu
Que je n’avais pas prêté attention
                                                       Une beauté plein de jolis regards
                                                                       De prunelles
                                                                       Miroirs. Un
      Peu plus âgé que
                                                                       La petite fille
                                                                       De la forêt

Elle a une jolie petite taille troubadour



Elle a
Une brune chevelure courte,
Une belle crinière chevaleresque
Et sa figure. Ah ! Quelle belle figure !
Je la connais que trop bien pour en penser plus qu'en dire.
 Son visage m'est
 Très familier. C'est celui d’une amie qui m'est plus que chère.
Je l'ai vu  avant de quitter Paris, et voilà que je la contemple
Encore en gagnant Nîmes.
Je ramasse  
                                                                       Ainsi la
                                                                       Pomme
                                                                       Je la goûte,
   Elle a bon goût
Son parfum  égaye mon sentiment.
                                                  O. Idris


vendredi 6 mars 2020

À madame de Valentine

J'anoblis ton sourire, timide trait
Illuminant  mon regard se posant
Sur tes lèvres, rose claire, 
Éclair subite faisant trembler
Le noir pupille d'un œil enchanté. 

J'anoblis ton regard, à travers petites lunes
Reflet de ton âme affable, de ton cœur 
Innocent,  de tes sens aimants aimés,
Tes yeux nature émeraude, émerveilles
Ceux qui ne sont jamais venus de près
Les voir bleu claire ou de sang bleu.  

J'anoblie ta chevelure, une vague d'or 
Tombant sur tes épaules minces et délicates,
Sans tresse ni lisse, juste boucle, juste blonde. 
De leur racine coule un flot, un immense jet d'eau 
Qui repousse les libertins et attire ceux libres d'amour.

Valentine, le reflet d'Hélios
Jette son sort sur tes mèches d'or,
Les font briller d'un éclat pareil au soleil, 
Où sommeil  hydrogène brûlé par fusion. 

Cela me gêne un peu de me faire des idées roses
De ta sueur bleue, la beauté d'une jeune fleur  
Belle de jour comme de nuit. 
La nuit, la lumière en magasinée du jour
Fait luire tes yeux où fuissent quelques 
Ondes pâles que le poète cherche. 

Ce ne pas Pierre de Ronsard qui te dira
Cueille ta jeunesse avant la nuit. 
Cela fait des nombreuses aubes qu'il n'est plus. 
Ce n'est pas de moi non plus
Que sortiront les mots doux de minuit,
Je ne les aurais plus mais une fois de plus,
Le temps brisé par la glace, entraîne avec lui
Le toi jeune d'aujourd'hui vers la vieillesse de demain. 

Parce que je l'entends peu ta voix, calme et posée, 
Parce que ton air timide, voilé et reposé 
Enchante le peu de fleur à ta gauche 
Quand tu marches sur le chemin des Glénan, 
Le  chant des Goélands à ta droite
Quand tes pas sur la plage s'appuient
Sur l'immense page à tous 
Où je vais parfois tracer quelques mots,
Je suis emporté  par un sentiment d'attirer. 

Tes ondes correspondent tellement 
À ce que le poète recherche,
Que les âmes ignares vois-là est une déclaration 
Il leur dit alors, soit, trop jeune pour haïr,
Il ne peut qu'aimer, mais trop loin pour aimer, 
Elles ne font que rêver. 
                                          O. Idris 

Trois larmes pour une vie

Je suis le monstre de tes rêves, le vorace cauchemardesque
Je suis l’amour de ta vie, le souffle de ton âme, la marre
De ton cœur, le creux de ta marre, l’envie irrésistible
Le désir irréfutable. Je suis ce que ton cœur page bible
Cherche dans le monde athée, un moment, une aventure,
Un souvenir. Je suis le preux chevalier combattant
Tes mésaventures en laissant la carte de ta chance reluire
Dans un monde virile, de bonne conduite et vaillant.  

Ce moment n’est pas qu’une heure de bon augure,
Quelques flâneries mondaines, ni une belle peinture
Qu’on peint et qu’on exhibe, il est l’heur et le malheur
D'un monde qu’on partage pain, amour et pépin.
Il est trois petites larmes au fond d’une oasis,
Trois petites essuyant d’une main le sentiment humain.

Dans le rêve, le pépin est sans fin, utopie dedans la mort.
Dans le virtuel, il est la distance, elle-même étant le mors.
Dans le réel il lui arrive d’apparaître sans qu’on pût se connaître 
Ce sentiment, très chère est la raison pour laquelle j’aime être
Goutte après goutte buveur lent qui savoure chaque instant.
Cependant elles coulent à la hâte tout le temps.

Si tu imagines les trois larmes, la relation que l’on partage,
Le pépin, la rupture, le noyau après le jus alors tu comprends
Que mon rêve, c’est que tu viennes dans mes bras, belle ange
Les aimer éternels, que tu sentes ton cœur et le mien deux amants
                                                                                                  O. Idris